Code injection

Julien Séveno-Piltant
9 min readAug 11, 2023
Photo by KeepCoding on Unsplash

Contexte

Lorsqu’un pirate prend le contrôle d’un serveur ou d’un ordinateur, il peut vouloir altérer certaines fonctionnalités du système sur lequel il se trouve, pour conserver l’accès par exemple. La difficulté à laquelle il fait face est de rester invisible. Lancer un exécutable sur le système pourrait avoir l’air suspect. En revanche, particulièrement sur les serveurs qui hébergent des sites internet, de nombreux programmes s’exécutent pour supprimer les logs à intervalle donné, par exemple.

Ne pourrait-on pas utiliser ces programmes pour s’immiscer dans le système en ayant l’air légitime ?

On peut le faire, et on va voir comment.

Prérequis

Cette technique est relativement simple, mais elle nécessite tout de même quelques connaissances préalables, notamment à propos de ce que l’on appelle les relocations.

La compilation est un processus qui se déroule en 3 étapes :

  • la précompilation (préprocesseur) : c’est une phase de substitution de texte, où toutes les lignes commençant par le symbole ‘#’ sont traitées (#define…).
  • la compilation : un fichier binaire est créé pour chaque fichier source
  • le linkage : le compilateur agrège chaque fichier binaire avec les bibliothèques auxquelles les fichiers font référence. Les bibliothèques statiques sont recopiées dans l’exécutable final contrairement aux bibliothèques dynamiques, qui doivent être présentes sur le système au moment de l’exécution. Le linker vérifie que chaque fonction est déclarée et implémentée (ce qui n’était pas le cas jusqu’à présent), et que les fonctions ne sont implémentées qu’une seule fois.

Finalement, le linker “édite les liens”, on dit aussi qu’il “résout les symboles”. Après la compilation, les appels de fonctions qui se trouvent dans les bibliothèques ne sont pas “résolus”, c’est à dire que leurs adresses ne pointent pas encore sur la fonction en question, ils pointent vers l’instruction suivante dans l’exécutable. C’est le linker qui s’occupe de cette phase via la création d’une table de relocation. Le linker va passer sur le code petit à petit et à chaque fois qu’il trouve un appel de fonction, il remplace cet appel par l’adresse de la fonction en question, si elle est connue. La table des relocations indique comment chaque symbole présent dans le fichier doit être obtenu (par rapport au program counter, etc). Nous allons voir à quoi elle ressemble dans la section suivante, lorsque nous en aurons besoin.

Technique

Imaginons qu’un programme s’exécute en permanence sur le système. Pour des raisons de simplicité, nous allons utiliser un programme en boucle infinie qui appelle une fonction “print” depuis une bibliothèque partagée puis qui marque une pause pendant 3 secondes, et qui recommence.

Voici le code de ce programme app.cc :

#include <dlfcn.h>
#include <iostream>
#include <unistd.h>
#include "dynlib.h"

using namespace std;
int main()
{
while (true)
{
print();
cout << "going to sleep..." << endl;
sleep(3);
cout << "waked up!" << endl;
}
return 0;
}

Et voici celui de la bibliothèque dynlib.cc :

#include <stdlib.h>
#include <unistd.h>
#include <sys/types.h>
#include <iostream>
#include "dynlib.h"

using namespace std;
extern "C" void print()
{
static unsigned int counter = 0;
counter++;
cout << counter << ": PID " << getpid() << ": in print()" << endl;
}

Et son header dynlib.h :

extern "C" void print();

Pour terminer, voici le code injection.cc que l’on aimerait injecter à la place de la fonction print de la bibliothèque partagée dynlib :

#include <stdlib.h>

extern "C" void print();
extern "C" void injection()
{
print();
system("date");
}

Et le Makefile to rule (compile) them all :

all:
g++ -ggdb -Wall dynlib.cc -fPIC -shared -o libdynlib.so
g++ -ggdb app.cc -ldynlib -L./ -o app
gcc -Wall injection.cc -c -o injection.o

Une fois les programmes compilés, vous devriez avoir les ressources suivantes :

  • app
  • libdynlib.so
  • injection.so

Premièrement, nous avons besoin de connaitre le PID du programme qui s’exécute. Dans mon cas, le PID est 13858.

Utilisons GDB afin de nous attacher au programme qui s’exécute :

gdb 13858 app

On a besoin de voir à quoi ressemble le mapping de la mémoire du processus. Les memory mappings se trouvent dans le dossier /proc/pid/. Le fichier de mapping s’appelle maps. Dans mon cas, je peux obtenir le memory mapping du processus simplement par la commande :

cat /proc/13858/maps

Voilà à quoi cela ressemble :

563d5aba1000-563d5aba2000 r-xp 00000000 08:01 6816141                    /root/Documents/security/lab/code_injection/app
563d5ada1000-563d5ada2000 r--p 00000000 08:01 6816141 /root/Documents/security/lab/code_injection/app
563d5ada2000-563d5ada3000 rw-p 00001000 08:01 6816141 /root/Documents/security/lab/code_injection/app
563d5b4be000-563d5b4df000 rw-p 00000000 00:00 0 [heap]
7f6704235000-7f67043e6000 r-xp 00000000 08:01 2230879 /lib/x86_64-linux-gnu/libc-2.27.so
7f67043e6000-7f67045e5000 ---p 001b1000 08:01 2230879 /lib/x86_64-linux-gnu/libc-2.27.so
7f67045e5000-7f67045e9000 r--p 001b0000 08:01 2230879 /lib/x86_64-linux-gnu/libc-2.27.so
7f67045e9000-7f67045eb000 rw-p 001b4000 08:01 2230879 /lib/x86_64-linux-gnu/libc-2.27.so
7f67045eb000-7f67045ef000 rw-p 00000000 00:00 0
7f67045ef000-7f6704606000 r-xp 00000000 08:01 2230279 /lib/x86_64-linux-gnu/libgcc_s.so.1
7f6704606000-7f6704805000 ---p 00017000 08:01 2230279 /lib/x86_64-linux-gnu/libgcc_s.so.1
7f6704805000-7f6704806000 r--p 00016000 08:01 2230279 /lib/x86_64-linux-gnu/libgcc_s.so.1
7f6704806000-7f6704807000 rw-p 00017000 08:01 2230279 /lib/x86_64-linux-gnu/libgcc_s.so.1
7f6704807000-7f6704999000 r-xp 00000000 08:01 2230887 /lib/x86_64-linux-gnu/libm-2.27.so
7f6704999000-7f6704b98000 ---p 00192000 08:01 2230887 /lib/x86_64-linux-gnu/libm-2.27.so
7f6704b98000-7f6704b99000 r--p 00191000 08:01 2230887 /lib/x86_64-linux-gnu/libm-2.27.so
7f6704b99000-7f6704b9a000 rw-p 00192000 08:01 2230887 /lib/x86_64-linux-gnu/libm-2.27.so
7f6704b9a000-7f6704d10000 r-xp 00000000 08:01 13238937 /usr/lib/x86_64-linux-gnu/libstdc++.so.6.0.25
7f6704d10000-7f6704f10000 ---p 00176000 08:01 13238937 /usr/lib/x86_64-linux-gnu/libstdc++.so.6.0.25
7f6704f10000-7f6704f1a000 r--p 00176000 08:01 13238937 /usr/lib/x86_64-linux-gnu/libstdc++.so.6.0.25
7f6704f1a000-7f6704f1c000 rw-p 00180000 08:01 13238937 /usr/lib/x86_64-linux-gnu/libstdc++.so.6.0.25
7f6704f1c000-7f6704f1f000 rw-p 00000000 00:00 0
7f6704f1f000-7f6704f20000 r-xp 00000000 08:01 6816036 /root/Documents/security/lab/code_injection/libdynlib.so
7f6704f20000-7f670511f000 ---p 00001000 08:01 6816036 /root/Documents/security/lab/code_injection/libdynlib.so
7f670511f000-7f6705120000 r--p 00000000 08:01 6816036 /root/Documents/security/lab/code_injection/libdynlib.so
7f6705120000-7f6705121000 rw-p 00001000 08:01 6816036 /root/Documents/security/lab/code_injection/libdynlib.so
7f6705121000-7f6705146000 r-xp 00000000 08:01 2230166 /lib/x86_64-linux-gnu/ld-2.27.so

La partie de la mémoire allouée à la bibliothèque dynamique se trouve entre les adresses 0x7f6704f1f000 et 0x7f6705121000.

La fonction print étant définie dans cette bibliothèque, on peut vérifier qu’elle s’y trouve bien grâce à GDB :

p &print (void (*)(void)) 0x7f6704f1f97a <print()>

C’est bien le cas.

Jetons un oeil à la table de relocations grâce à readelf :

readelf -r app

Relocation section '.rela.dyn' at offset 0x6d8 contains 12 entries:
Offset Info Type Sym. Value Sym. Name + Addend
000000200d90 000000000008 R_X86_64_RELATIVE a20
000000200d98 000000000008 R_X86_64_RELATIVE ad8
000000200da0 000000000008 R_X86_64_RELATIVE 9e0
000000201050 000000000008 R_X86_64_RELATIVE 201050
000000200fc8 000100000006 R_X86_64_GLOB_DAT 0000000000000000 __cxa_finalize@GLIBC_2.2.5 + 0
000000200fd0 000200000006 R_X86_64_GLOB_DAT 0000000000000000 _ZSt4endlIcSt11char_tr@GLIBCXX_3.4 + 0
000000200fd8 000900000006 R_X86_64_GLOB_DAT 0000000000000000 _ITM_deregisterTMClone + 0
000000200fe0 000a00000006 R_X86_64_GLOB_DAT 0000000000000000 __libc_start_main@GLIBC_2.2.5 + 0
000000200fe8 000b00000006 R_X86_64_GLOB_DAT 0000000000000000 __gmon_start__ + 0
000000200ff0 000c00000006 R_X86_64_GLOB_DAT 0000000000000000 _ITM_registerTMCloneTa + 0
000000200ff8 000d00000006 R_X86_64_GLOB_DAT 0000000000000000 _ZNSt8ios_base4InitD1E@GLIBCXX_3.4 + 0
000000201060 001300000005 R_X86_64_COPY 0000000000201060 _ZSt4cout@GLIBCXX_3.4 + 0

Relocation section '.rela.plt' at offset 0x7f8 contains 6 entries:
Offset Info Type Sym. Value Sym. Name + Addend
000000201018 000300000007 R_X86_64_JUMP_SLO 0000000000000000 sleep@GLIBC_2.2.5 + 0
000000201020 000400000007 R_X86_64_JUMP_SLO 0000000000000000 __cxa_atexit@GLIBC_2.2.5 + 0
000000201028 000500000007 R_X86_64_JUMP_SLO 0000000000000000 _ZStlsISt11char_traits@GLIBCXX_3.4 + 0
000000201030 000600000007 R_X86_64_JUMP_SLO 0000000000000000 _ZNSolsEPFRSoS_E@GLIBCXX_3.4 + 0
000000201038 000700000007 R_X86_64_JUMP_SLO 0000000000000000 print + 0
000000201040 000800000007 R_X86_64_JUMP_SLO 0000000000000000 _ZNSt8ios_base4InitC1E@GLIBCXX_3.4 + 0

Dans cette table, on constate que la fonction print se trouve à l’offset 000000201038 dans notre exécutable. Encore une fois, vérifions avec GDB :

p/x *(0x563d5aba1000+0x000000201038) 0x4f1f97a

On retrouve bien le suffixe de l’adresse de print qui était : 0x7f6704f1f97a.

Maintenant que nous avons établi le contexte, passons à l’exploitation. Pour utiliser notre code et remplacer l’appel à print, nous devons d’abord mapper notre fichier injection.o en mémoire afin de pouvoir pointer dessus. Avec GDB :

call open(“injection.o”, 2)

Puis :

call mmap(0, 1088, 1|2|4, 1, 3, 0)

A présent, notre fichier injection.o est contenu dans la mémoire du processus :

563d5aba1000-563d5aba2000 r-xp 00000000 08:01 6816141                    /root/Documents/security/lab/code_injection/app
563d5ada1000-563d5ada2000 r--p 00000000 08:01 6816141 /root/Documents/security/lab/code_injection/app
563d5ada2000-563d5ada3000 rw-p 00001000 08:01 6816141 /root/Documents/security/lab/code_injection/app
563d5b4be000-563d5b4df000 rw-p 00000000 00:00 0 [heap]
7f6704235000-7f67043e6000 r-xp 00000000 08:01 2230879 /lib/x86_64-linux-gnu/libc-2.27.so
7f67043e6000-7f67045e5000 ---p 001b1000 08:01 2230879 /lib/x86_64-linux-gnu/libc-2.27.so
7f67045e5000-7f67045e9000 r--p 001b0000 08:01 2230879 /lib/x86_64-linux-gnu/libc-2.27.so
7f67045e9000-7f67045eb000 rw-p 001b4000 08:01 2230879 /lib/x86_64-linux-gnu/libc-2.27.so
7f67045eb000-7f67045ef000 rw-p 00000000 00:00 0
7f67045ef000-7f6704606000 r-xp 00000000 08:01 2230279 /lib/x86_64-linux-gnu/libgcc_s.so.1
7f6704606000-7f6704805000 ---p 00017000 08:01 2230279 /lib/x86_64-linux-gnu/libgcc_s.so.1
7f6704805000-7f6704806000 r--p 00016000 08:01 2230279 /lib/x86_64-linux-gnu/libgcc_s.so.1
7f6704806000-7f6704807000 rw-p 00017000 08:01 2230279 /lib/x86_64-linux-gnu/libgcc_s.so.1
7f6704807000-7f6704999000 r-xp 00000000 08:01 2230887 /lib/x86_64-linux-gnu/libm-2.27.so
7f6704999000-7f6704b98000 ---p 00192000 08:01 2230887 /lib/x86_64-linux-gnu/libm-2.27.so
7f6704b98000-7f6704b99000 r--p 00191000 08:01 2230887 /lib/x86_64-linux-gnu/libm-2.27.so
7f6704b99000-7f6704b9a000 rw-p 00192000 08:01 2230887 /lib/x86_64-linux-gnu/libm-2.27.so
7f6704b9a000-7f6704d10000 r-xp 00000000 08:01 13238937 /usr/lib/x86_64-linux-gnu/libstdc++.so.6.0.25
7f6704d10000-7f6704f10000 ---p 00176000 08:01 13238937 /usr/lib/x86_64-linux-gnu/libstdc++.so.6.0.25
7f6704f10000-7f6704f1a000 r--p 00176000 08:01 13238937 /usr/lib/x86_64-linux-gnu/libstdc++.so.6.0.25
7f6704f1a000-7f6704f1c000 rw-p 00180000 08:01 13238937 /usr/lib/x86_64-linux-gnu/libstdc++.so.6.0.25
7f6704f1c000-7f6704f1f000 rw-p 00000000 00:00 0
7f6704f1f000-7f6704f20000 r-xp 00000000 08:01 6816036 /root/Documents/security/lab/code_injection/libdynlib.so
7f6704f20000-7f670511f000 ---p 00001000 08:01 6816036 /root/Documents/security/lab/code_injection/libdynlib.so
7f670511f000-7f6705120000 r--p 00000000 08:01 6816036 /root/Documents/security/lab/code_injection/libdynlib.so
7f6705120000-7f6705121000 rw-p 00001000 08:01 6816036 /root/Documents/security/lab/code_injection/libdynlib.so
7f6705121000-7f6705146000 r-xp 00000000 08:01 2230166 /lib/x86_64-linux-gnu/ld-2.27.so
7f670530b000-7f6705310000 rw-p 00000000 00:00 0
7f6705340000-7f6705341000 rwxs 00000000 08:01 6816145 /root/Documents/security/lab/code_injection/injection.o
7f6705341000-7f6705342000 rwxs 00000000 08:01 6816145 /root/Documents/security/lab/code_injection/injection.o
7f6705342000-7f6705343000 rwxs 00000000 08:01 6816145 /root/Documents/security/lab/code_injection/injection.o
7f6705343000-7f6705345000 rw-p 00000000 00:00 0
7f6705345000-7f6705346000 r--p 00024000 08:01 2230166 /lib/x86_64-linux-gnu/ld-2.27.so
7f6705346000-7f6705347000 rw-p 00025000 08:01 2230166 /lib/x86_64-linux-gnu/ld-2.27.so
7f6705347000-7f6705348000 rw-p 00000000 00:00 0
7ffef74c2000-7ffef74e3000 rw-p 00000000 00:00 0 [stack]
7ffef75b2000-7ffef75b4000 r--p 00000000 00:00 0 [vvar]
7ffef75b4000-7ffef75b6000 r-xp 00000000 00:00 0 [vdso]
ffffffffff600000-ffffffffff601000 r-xp 00000000 00:00 0 [vsyscall]

On obtient l’adresse de la fonction print que l’on souhaite appeler en trouvant l’adresse de la section .text d’injection.o et l’offset de print dans cette section grâce aux deux commandes suivantes :

  • readelf -s injection.o
  • readelf -S injection.o

Dans mon cas, cette adresse est : 0x7f6705340000. Et l’offset : 0x40.

Remplaçons l’adresse de print avec GDB :

set *(0x563d5aba1000+0x000000201038) = 0x05340040 set *(0x563d5aba1000+0x000000201038–0x4) = 0x7f67

Où :

  • 0x563d5aba1000+0x000000201038 est l’adresse de la relocation de la fonction print
  • 0x7f6705340000+0x40 est l’adresse de la fonction injection contenue dans injection.o que l’on a mappé

Je dois la remplacer en 2 fois car je me trouve sur un système x86_64, les adresses ont une taille de 64 bits.

Bien que l’on ai fait le plus gros, le travail n’est pas terminé, nous devons à présent résoudre les relocations de la fonction injection. Pour être invisible, il faut faire pointer l’appel de print dans la fonction injection vers la fonction print initiale afin que le comportement ne soit pas altéré. Avec GDB :

set *(0x7f6705340000+0x40+0x5)=0x7f6704f1f97a-(0x7f6705340000+0x40+0x5)-0x4

Où :

  • 0x7f6705340000 : adresse d’injection.o en mémoire
  • 0X40 : offset de la section .text
  • 0x5 : offset de la fonction print dans la section .text
  • 0x7f6704f1f97a : adresse de la fonction print
  • 0x4 : l’addend de la fonction print que l’on trouve dans la table de relocations d’injection.o

On soustrait 0x7f6704f1f97a car c’est une adresse et la relocation requiert un offset.

On effectue la même opération pour la fonction system :

set *(0x7f6705340000+0x40+0x11)=0x7f6704277510-(0x7f6705340000+0x40+0x11)-0x4

Puis on le fait une dernière fois pour la section .rodata :

set *(0x7f6705340000+0x40+0xc)=0x58–0x40–0xc-0x4

Où :

  • 0x7f6705340000 : adresse d’injection.o en mémoire
  • 0x40 : offset de la section .text
  • 0xc : offset de l’instruction dans la section .text où la relocation est nécessaire
  • 0x58 : offset de la section .rodata dans injection.o
  • 0x4 : addend de la relocation de .rodata

Nous n’avons plus qu’à continuer l’exécution du programme avec l’instruction continue de GDB…

La date s’affiche ! C’est bien le comportement attendu de notre executable.

Appendice

Pour comprendre un peu mieux les relocations :

Relocation section '.rela.text' at offset 0x230 contains 3 entries: Offset Info Type Sym. Value Sym. Name + Addend 000000000005 000b00000004 R_X86_64_PLT32 0000000000000000 print - 4 00000000000c 000500000002 R_X86_64_PC32 0000000000000000 .rodata - 4 000000000011 000c00000004 R_X86_64_PLT32 0000000000000000 system - 4
Relocation section '.rela.eh_frame' at offset 0x278 contains 1 entry: Offset Info Type Sym. Value Sym. Name + Addend 000000000020 000200000002 R_X86_64_PC32 0000000000000000 .text + 0

Voilà la table de relocations d’injection.o. On remarque que .rodata est une relocation de type R_X86_64_PC32. Cela signifie qu’elle est relative au program counter (PC), ici le registre rip.

En revanche, les fonctions print et system ont des relocations de type R_X86_64_PLT32.

Cela indique que nous devons utiliser leur adresse relativement à la Procedure Linkage Table (PLT).

Conclusion

Voilà une technique intéressante qui nous en apprend plus sur le format d’exécutable ELF et la manière dont les compilateurs et linkers fonctionnent.

--

--